Accueil du site > Porno > Active Duty, le porno gay militaire

*****

Active Duty, le porno gay militaire

dimanche 15 janvier 2012 ,par Didier Lestrade

Hey troops ! This is the best military sex with gorgeous guys who never overplay and keep their dicks hard. Perfect filming, no tricks, just real men having the sex YOU want.

Quand on pense au nombre délirant de films pornos ayant pour thème l’armée, il y a de quoi être étonné de la popularité du sujet, le plus machismo de tous, avec celui du cowboy. Avec le SM et le cuir, c’est le fantasme qui a le plus influencé les gays. Longtemps vu sous le mode de "à la manière de", les films les plus efficaces se se limitent plus à faire semblant. Ils montrent de vrais militaires, gays ou pas, qui font des trucs qui sont à la base de nos fantasmes les plus puissants.

Le porno gay militaire est un genre en soi et sur les site de partage, c’est une catégorie à part, au même niveau que les films avec des blacks ou les films de twinkies. Depuis toujours, les grands studios comme Colt, Falcon, Hot House, Raging Stallion et bien sûr Titan ont réalisé de très bons films en mettant leurs meilleurs acteurs dans un contexte de caserne ou d’entraînement militaire. Le porno de deuxième catégorie, particulièrement français et des pays de l’Est a aussi montré beaucoup d’hommes, souvent portant des uniformes qui ne sont pas réels qui mais sont sexys (JNRC) ou qui ont un côté naff qui présente un fort pouvoir érotique. Dans le porno brésilien aussi, il y a ce fantasme du militaire ou du policier qui apporte un oooomph supplémentaire à quelque chose qui est déjà trop brûlant pour être honnête. Mais le pays leader du genre reste l’Amérique où l’armée a la dimension industrielle que l’on sait. On dirait, comme à l’époque du In The Navy des Village People, que l’armée utilise le porno comme moteur inconscient de son lobby.

Pendant des années, Dirk Yates était le seul dans le créneau et il a sorti des dizaines de DVDs à la chaîne où la mise en scène était presque toujours la même. Le mec arrive avec son costume militaire (souvent des Marines), s’assoit sur le fauteuil pendant que Dirk Yates le fait parler (trop longtemps). Puis le mec se déshabille (toujours des caleçons blancs, miam miam, on est pas des folles avec des slibards de designers) et commence à se branbler ou alors il y a plusieurs mecs ensemble sur le lit qui font pareil. On voyait dans ces films beaucoup de mecs blancs, souvent pas très poilus, avec un look hétéro de base qui pouvait être très fascinant. Mais il n’y avait pas de blacks ni de latinos ni de mecs vraiment poilus et on voyait que Dirk Yates choisissait les mecs selon ses goûts, ce qui est OK, mais la répétition de la niche a fini par perdre un peu de son verni.

Il n’empêche qu’on se demandait comment c’était possible de filmer tant de militaires qui se montraient dans des films gays. Il y a eu des pressions sur ces studios car ils sont souvent juste à côté des grandes bases militaires pour avoir un accès infini à toujours plus de modèles, et ça finissait par se voir quoi. Et puis, tout se faisait dans une ambiance de bonne humeur, on sentait que des mecs comme Dirk Yates savent mettre ces militaires en confiance, ils savent leur parler, c’était pas juste une question de fric.

Tout a été bouleversé avec l’arrivée d’Active Duty, un studio qui se spécialise lui aussi dans les news de mecs de l’armée US mais beaucoup plus d’aujourd’hui, avec des hommes tellement beaux que parfois on n’arrive pas à jouir tellement ils sont pfwoar, way above the rest. Le truc d’Active Duty, c’est que les mecs ne font juste ça pour le fric, ils bandent toujours et baisent bien et ils s’embrassent souvent. La photographie est bien meilleure que dans les films de Dirk Yates, c’est de l’amateur bien éclairé, dans des endroits simples comme un salon ou une chambre, rien de spécial mais l’image est fine, lumineuse, les plans et les angles sont toujours exactement ce que l’on veut. Là aussi, on a à faire à un réalisateur d’un certain âge, genre le mien ou dans la soixantaine, un mec qui connaît la culture militaire à fond et certains comme Philippe Doux-Laplace rigolent, comme l’autre jour sur FB, en écoutant parler hors du champ de la caméra, dans le genre dirty old man mais respectueux quand même.

Les modèles d’Active Duty sont fabuleux et ils bandent tout le temps. Si c’est ça les hétéros de Now, j’arrête pas de me dire, c’est wunderbar. Leur particularité, c’est toujours des blancs, mais plus nature, avec des poils et surtout ces incroyables tatouages militaires américains ("Infantery" !) qui mériteraient à eux seuls un bouquin chez Taschen. Les dessins de symboles de régiment, des croix militaires, des slogans comme "Sempre fi" ou "Aut vincere aut mori" sur le ventre avec de gros traits de tatouage, sur les cuisses aussi ou n’importe où ailleurs, c’est déjà comme un voyage dans les différentes légions militaires. Dans Tumblr aussi, on voit de plus en plus des photos de militaires en couple qui s’embrassent avec leurs name tags sur l’uniforme de G.I. et on se demande : mais ces mecs ont peur de rien ou ils pensent que personne ne les reconnaîtra ? Si les militaires lambda prennent tant de risques face à la loi Don’t Ask Don’t Tell pour prendre leur pied dans le porno, alors pourquoi personne ne fait son coming out en France ? Ah oui, j’oubliais, cruche que je suis : Bruno Juillard a dit dans Têtu que "le coming out n’était plus adapté pour les jeunes générations de gays" ou un truc comme ça. Un jour, on comprendra que tous ces militaires, hétéros ou gays, qui ont baisé dans le porno ont facilité les droits des gays et des lesbiennes à l’armée car ils ont diffusé des images d’hommes qui dépassent l’interdit de la loi pour montrer du plaisir 100% débarrassé de culpabilité. Une forme de désobéissance civile.

Car non seulement les mecs d’Active Duty sont beaux mais dans leur genre, ils baisent très bien aussi, comme je disais. C’est pratiquement toujours safe en plus et même si c’est loin d’être des stars de la culbute comme un Tim Krüger, ils changent de position, ils gardent toujours leurs érections et certains jouissent super vite comme dans le formidable "Summer Recruits". Voir des mecs aussi hétéros se sucer, s’embrasser, s’enculer et après se faire enculer toujours en bandant, ça fout en l’air beaucoup de préjugés selon lesquels seuls les gays affirmés savent baiser avec des hommes. Il y a dans ces films pornos amateur militaires un point de vue transformatif qui n’est jamais souligné. On peut prendre son pied en regardant ces films mais ça fait aussi beaucoup réfléchir.

L’armée américaine est derrière tout ça, une entreprise tentaculaire qui épuise les budgets des nations et qui engage des foules d’hommes et de femmes et forcément, il y a des gays dans la masse, mais ces films montrent toujours, c’est vraiment révélateur, ce comportement correct, décent de l’armée. Cet aspect presque mormon de ces hommes au regard toujours clair, naïf, sincère et débonnaire. Pas de colère ici, pas de violence non plus, que du bon temps entre hommes. Finalement, ces films donnent une image plus proche de ce que peut être l’armée pour des gays comme moi qui n’y ont jamais foutu les pieds, heureusement d’ailleurs, et ça nettoie pas mal de fantasmes plus idiots, ceux que l’on trouve dans le roleplay des films gays "à la manière de". Ici, c’est le réel et même s’il y a des leaders dans les hommes d’Active Duty, des mecs qui ont l’air de servir de rabatteurs pour attirer les nouveaux, ce sont toujours des mecs corrects, qui ne manquent jamais de respect pour leurs partenaires soldats. Et ils sont beaux, quoi, je radote, je sais, et même s’ils ne sont pas aussi beaux que les mecs de Chaosmen (on en reparlera), c’est vraiment la case ++++ du genre porno militaire.

Ransom, Tatum & Taylor Ransom, Tatum & Taylor Ransom, Tatum & Taylor Summer Recruits Summer Recruits Summer Recruits Summer Recruits Summer Recruits Summer Recruits
| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Join the Resistance : Fall in Love