Accueil du site > Porno > Eric’s Raw Fuck Tapes #3

***

Eric's Raw Fuck Tapes #3

jeudi 22 septembre 2011 ,par Didier Lestrade

Well, here goes my HIV reputation down the drain. Another bareback review with big names and big Tops here, Kairian, Peto Coast, Thom Barron. It’s well filmed, not as gory as the SF flicks but still, it breaks my heart. Don’t worry about me, I will survive.

d’Eric (Treasure Island Media, 2011)

Cast : Keiran, Peto Coast, Thom Barron, Cristiano, Darko, David Andrezj, Lars, Joe, Faruk and Eric

Treasure Island Media continue à m’envoyer leurs DVDs alors que le truc qui m’intéresse chez eux, c’est Macho Fucker donc je vais me retrouver avec une tripotée d’amis qui vont me crier dessus parce que je chronique ce film. Mais comme la nouvelle du jour, c’est la news d’AIdSmap du 6 septembre dernier qui est forcément reprise par Seronet sur la corrélation entre la charge virale du sperme et celle de l’anus même en présence d’IST, il faut imaginer bientôt un partenariat entre TIM et Warning.

Ce film se passe donc en partie à Paris, on le voit aux images en extérieur quand Keiran débarque chez Eric qui attend sur son lit, à quatre pattes, toujours une manière très délicate d’accueillir les gens chez soi. Keiran est cet Australien absolument killer qu’on a déjà vu dans un film (safe) de Steve Cruz et qui a une bite magnifique légèrement recourbée qui ne débande jamais. C’est un mec qui a perpétuellement un sneer au visage, un type qui ne fait jamais défaut. C’est filmé pas trop gore contrairement aux films de TIM à San Francisco et c’est pas bareback avec une obsession du sperme mais c’est toujours pas casher quoi.

Autre scène avec Cristiano, une folle qui se promène dans les rues avec un jean rippé et un t-shirt échancré de pétasse et lui aussi arrive directement chez Eric qui est encore à 4 pattes sur son lit, visiblement c’est un plan conceptuel, le mec n’aime pas du tout voir les gens arriver de face chez lui. Bouffage de cul, pipes, le mec baise bien même si moi une folle mal habillée comme ça j’en veux pas mais, encore une fois, c’est filmé en plein jour, avec de la lumière qui entre par la grande baie vitrée de la chambre, donc c’est moins crade que d’habitude, il faut au moins accorder ça.

Troisième scène beaucoup plus intéressante avec David Andrezj, un petit clone joli de partout, avec des poils blonds bouclés sur le torse et le ventre, une belle gueule bronzée, en fait on dirait la version +++ de Yannick Barbe et je pense à ce dernier à chaque fois que je vois des films avec David, un peu comme Sagat me rappelle toujours Patrick Thévenin. C’est vraiment étrange quand des acteurs pornos ressemblent à des personnes que vous connaissez, ça fait un drôle d’effet. Au moins ça c’est sûr, y’a pas d’acteur porno qui me ressemble, lol. David se fait enculer par Darko, un petit brun racaille gentil avec une casquette rouge, dans le couloir de l’appartement, là aussi avec de la lumière. Plein de positions différentes. Y’a pas à chier, c’est bien fait.

Et hop, on se trouve à Alexanderplatz, l’autre foyer européen de l’épidémie, on moins on aura compris, c’est Paris - Berlin, Trans-Europe Express. Franchement, ces mecs quand on les voit dans le métro, c’est pas très chaleureux quoi. Deux bons chavs allemands qui arrivent dans un appartement et tout de suite c’est enculage à sec et Eric qui est toujours à attendre le nez contre la fenêtre sans regarder qui débarque chez lui. Graphiquement, c’est joli parce que les deux mecs gardent leurs débardeurs blancs donc ça fait rappel.

Peto Coast est le "crazy Dutch man" de Macho Fucker et le mec est déjà tellement célèbre qu’il doit y avoir une liste d’attente de 6 mois sur son agenda. Il arrive en descendant l’escalator, blouson en cuir marron, some sight to see, et quand il pénètre dans l’apparte, il est tellement grand que sa tête touche presque le plafond. Bon, je vais pas vous en faire la description, tout le monde le connaît, c’est comme si vous décriviez l’Empire State Building. Au moins là on découvre qu’il porte des caleçons, ce qui est toujours un baume au cœur dans un film bareback. C’est un mec vicieux avec des cuisses massives, qui a un délire particulier sur le fait de garder son T-shirt, peut-être est-il complexé sur son corps, ce qui est incompréhensible car il est bien foutu de partout. Quand vous avez une scène de Peto dans n’importe quel film, que ce soit Cazzo ou ailleurs, vous savez que le film sera bon, no matter what.

Et en bonus, la grande découverte du truc : une scène bareback de Thom Baron. Voilà, c’est comme ça, le début de la fin pour tous. Thom a déjà vieilli, son visage est marqué et je vois de la lipoatrophie ici mais son corps est toujours aussi massif avec plus de graisse, ce qui lui va bien. En face de lui, un Faruk cuir qui s’assoit. Plein de positions différentes. C’est vraiment un moment triste quand vous voyez un acteur célèbre pour la première fois en plein bareback, je suppose que ça ne doit pas être la première scène de Thom sans capote mais ça fait chose.

NON SAFE tu parles

Keiran's evil grin Portuguese Cristiano David & Darko David Andrejz all ova Lars & Joe Peto Coast Peto Coast Peto Coast up close Faruk Thom Barron
| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Join the Resistance : Fall in Love