Accueil du site > Porno > Les Arabes dans le porno gay

Les Arabes dans le porno gay

mercredi 21 septembre 2011 ,par Didier Lestrade

Quand vous allez à New York, vous voyez de plus en plus de personnes d’origine arabe dans plein de commerces, surtout ceux qui ont un fort contact avec le public, comme les vendeurs de journaux, les délis. Quand on parle avec eux, on voit qu’il s’agit souvent de Palestiniens, de Libanais ou de Maghrébins qui parlent bien sûr le français. Souvent, on a à faire à des personnes qui ont fait des études, qui sont contentes de leur travail à Manhattan au stade de crâner même un peu, du genre "Je suis passé par la France, mais c’était tellement nul que je ne suis pas resté et je ne regrette pas d’être venu ici". Ils ont de l’humour et aiment bien discuter et ils sont très ouverts sur plein de sujets. J’ai en souvenir plusieurs responsables palestiniens de magasins de presse dans Chelsea qui étaient très calés en politique et qui ne cachaient pas de quel côté penchaient leurs convictions politiques.

On sait qu’il y a ainsi de grands mouvements incessants de minorités dans New York at large, de Brooklyn à Queens avec des quartiers qui étaient avant irlandais, ou juifs, ou norvégiens, qui deviennent arabes, chinois, africains. Il y a un article intéressant qui vient de sortir dans le New York Times sur ce sujet. "Staying Put in a City Of Change" offre une description candide d’Irlandais qui se trouvent devenir une minorité dans un quartier de Bay Ridge qui était "le leur" il y a encore 10 ans et qui devient de plus en plus musulman. C’est très intéressant comment les Américains décrivent ça d’une manière positive quand nous, en France, on aurait anglé le papier sur l’idée d’invasion ethnique. Comme je ne suis plus très souvent à Paris, j’ai des amis qui me disent que tous les magasins de tabac sont repris par des Chinois, ce que je trouve plutôt cool, car pour moi il est temps que ces tabagistes français prennent le large, je ne les ai jamais aimés.

J’ai toujours trouvé intéressant que cette intégration des Arabes arrive à New York précisément dans la décennie suivant le 11 septembre. Personnellement, je n’ai remarqué cette visibilité que vers 2005, donc d’autres personnes connaissant mieux que moi New York pourraient être plus précis. Mais il y a un élément évident : cette ouverture des New Yorkais envers les Arabes s’est produite au moment où on l’attendait le moins. Dans le reste du pays, il y a eu, et il y a encore, beaucoup de haine et de méfiance envers tous les Arabes, qu’ils soient musulmans ou pas. Le 11 septembre a provoqué une remontée du racisme anti-Arabe dans tous les pays, mais aux USA, cela a été systématique.

Et pourtant, au même moment, les communautés arabes s’intègrent mieux, relèvent la tête après des années d’inquiétude, de crainte et de profil bas. Et c’est précisément aussi le moment où les Arabes sont véritablement entrés dans l’imaginaire du porno gay américain. Les gays arabes new-yorkais sont recherchés, ça se voit sur Facebook. Je suis souvent à critiquer les gays pour ceci ou pour cela, mais on a ici un exemple évident d’intégration par le porno qui fait office de porte d’ouverture dans l’érotica générale. On pourrait me répondre que cet intérêt porno est né de l’idée du "danger arabe". Si ces derniers paraissent risqués, alors une demande érotique se crée sur eux. Je trouve que ce sont des foutaises totales, le porno a juste besoin de turn-over. Et ces mecs arabes sont bandants, ils l’ont toujours été, donc c’est aujourd’hui leur tour et arrêtez de chercher des motivations impérialistes dans le porno, ça commence à être totalement ringard. Les mecs sont BANDANTS OK ? C’est suffisant pour qu’on s’intéresse à eux, point final.

En fait, il s’est passé un shift américain des Latinos vers les Arabes. Les années 2000 ont vraiment été celle des latinos, à travers plein de studios tels que Flava et de stars comme Antonio Biaggi qui ont complètement dominé la production américaine (pour virer bareback désormais chez Macho Fucker). Et progressivement, certains acteurs latinos ont été castés dans les films orientalisants comme "Arabesque" à la place des arabes ou des Méditerranéens. On a remarqué qu’ils se ressemblaient. Bien que prétendre que Steve Cruz est arabe dans "Mirage"... c’est aller vraiment trop loin. C’était encore hésitant, il y avait la célèbre série d’Alexander Pictures comme "Arabian Men" ou "Arabian Tales" qui montrait des latinos habillés en bédouins avec des keffiehs, c’était ridicule car on n’y croyait pas une seule seconde. On avait vu ces acteurs venir des favelas de Rio et les voilà soudain habillés en bédouins du désert....

Bien avant la production américaine, l’Europe avait montré le chemin avec, bien sûr, Cité Beur et le studio poursuit toujours sa promotion du sexe beur avec des nouveaux leaders comme Med, un mec complètement versatile, beau et correct. Au même moment, il y a eu toute une production assez cheap de films turcs tournés en cachette sur place, en Turquie ou au Maghreb. Mal filmés, ce sont des exemples typiques d’utilisation de mecs du coin qui ne savent pas dans quoi ils s’engagent, d’ailleurs ça se voit dans leurs regards, ils ne sont pas rassurés. C’est aussi ce qu’a fait le studio Casbah avec d’autres jeunes du Maghreb qui ont été clairement choisis dans une optique de tourisme sexuel cher à certains ministres français. Voir "Best of Spécial Petit Beurs" et "Maghreb Solos 1 et 2". Pareil pour "Gay Arab Club", un film où tout le monde fume la chicha.

Retourner la gêne en assurance, c’est pourtant le B.A.BA du porno. C’est ce qu’a réussi JNRC avec tous ses films de Beurs des banlieues et en Turquie où là les mecs semblent à l’aise, en tout cas assez pour se montrer tels qu’ils sont et devenir les bombes que l’on sait.

Surtout, pour clarifier les choses tout de suite avant qu’on m’envoie une fatwa de folles beurs à cheval sur le politiquement correct, dans le porno, la notion d’arabe s’est élargie à tout ce qui est "méditerranéen". Oui, les Turcs ne sont pas des Arabes, mais il faut partir de la production américaine porno, qui n’est quand même pas là pour afficher en début de film des mises au point géographiques du genre "On a pris le mot arabe au sens le plus laaaarge" exactement comme ils mettent les textes légaux en début de film sur "Ceci est un film pour personnes expérimentées - Ne faites pas ceci chez vous si vous n’êtes pas en mesure - Soyez safe et demandez à votre docteur blablablah".

Car tout a commencé par Huessein, un Turc allemand (ou un Allemand turc, on ne va pas se battre sur ça) qui est devenu un personal favourite of mine, je ne vais pas encore radoter sur lui ici bien que je pourrais. Sa trilogie de films orientalisants pour Raging Stallion ("Arabesque", "Mirage", "Arabian Fist"), s’est terminée abruptement, pour des raisons que je ne connais pas, en tout cas il est rentré en Allemagne et c’en était fini de lui dans le porno. Mais Huessein est devenu une star, dans "Arabesque" on voit très bien que c’est lui qui possède le talisman et les studios américains ont bien compris ce que ça voulait dire. Puis, quand il est parti, Raging a poursuivi le filon avec "Tales of Arabian Nights" qui est sorti en coffret de 6 DVDs et "Arab Heat". Je crois qu’ils regardaient aussi le succès grandissant de Cité Beur en France et certains acteurs découverts par CitéBeur comme Ben ont fait des films pour Raging (et maintenant pour Macho Fucker).

Avant d’aller plus loin, il faut dégoupiller une idée selon laquelle le porno américain (et donc les gays américains qui achètent ce type de porno) passe d’une ethnie à une autre en tant qu’objet de désir. C’est vrai, on peut imaginer que l’on est passé de l’exotisme envers les Noirs puis vers celui de l’Amérique du sud et des Caraïbes à l’Europe Centrale, puis pour revenir aux USA avec les différentes facettes des communautés latinos pour arriver aujourd’hui à la Méditerranée. On pourrait imaginer, par exemple, ce marché américain se tourner dans 5 ans vers les Asiatiques car il y a des signes précurseurs de ça, on voit de plus en plus la nouvelle génération des gays Asiatiques sur Tumblr et le succès d’acteurs comme Cory Koons n’est pas sans signification (et lui aussi fait du bareback désormais, super). Et il y a déjà des films gays asiatiques, mais ils sont souvent aussi cheap que ceux qui montraient le Maghreb il y a 10 ans. De fait, notre fascination érotique pour les minorités ethniques passe souvent d’abord par la vision américaine de ces minorités et personnellement ça ne me gêne pas à partir du moment où il s’agit d’une ouverture, d’une introduction. Donc pour l’instant, la sphère géographique "arabe" est surtout prise au sens la plus large, celle de la Méditerranée. C’est la Turquie, Beyrouth, le Maghreb. Restent tous les pays qui manquent et là on tombe sur des réserves hallucinantes de beaux mecs : Syrie, Jordanie, Egypte, Algérie, et ne parlons pas du Golfe, du Yémen et tout ça, ce sont des millions d’hommes qui vont se libérer, espérons-le, et dans le futur, accèderont à une sexualité qui pourrait changer beaucoup de choses dans le discours général de la sexualité.

Il y a donc, oui, un turn-over des minorités ethniques dans ce porno officiel américain qui est probablement le début à une nouvelle fascination érotique touristique. Et on peut le condamner, mais si ce porno américain restait blond, blanc, bronzé et épilé comme il l’a été pendant toutes les années 80, on le traiterait de nazi, ce qui s’est d’ailleurs beaucoup dit. Donc, pragmatique que je suis, je trouverais vraiment pervers de critiquer l’industrie porno US parce qu’elle incorpore des acteurs venant de plein d’origines tout en la critiquant parce qu’elle reste blanche. Ces acteurs d’origine arabe que l’on voit aujourd’hui ne sont pas là à se promener avec un drapeau palestinien dans le cul, ils ont juste un look et un nom vaguement arabisant, mais ils ne sont pas promotionnés comme des nouveaux délires érotiques.

Car ils commencent à être nombreux et beaucoup de mes amis sont gagas d’eux, s’intéressent à des films en particulier parce qu’il y a tel ou tel acteur dans le cast. Il y a Conner Habib qui a un des sites web perso les plus intelligents et qui a fait partie du cast de "Tales of the Arabian Nights". Il y a Aybars, une des grandes stars orientales de Raging, barbu, poilu, actif, cheveux longs (enfin, ça y est, il a fini par les couper mais bon). Il y a Tony Aziz qui devient de plus en plus une sorte de coqueluche du genre, un mec passif toujours masculin, toujours au top. Il y a David Dirdam qui a joué dans certains films "orientaux" de Raging, un acteur qui ne fait pas beaucoup de films par ailleurs et puis je ne sais pas s’il est vraiment Arabe ou quoi. Et chez Raging, d’autres acteurs moins connus comme Sarib, Mike Mohamed dans le récent "Hard Edge". Et il ne fait pas oublier que le succès énorme de Sagat est passé aussi à travers ses tatouages arabes et de son double jeu sur cette identité.

Hot House est complètement à côté de cette tendance, reprenant finalement le flambeau de Falcon de la vieille époque pour un porno super clinique, blanc, et farouchement efficace. Bref, cette ouverture méditerranéenne ne les a pas concerné pour l’instant. Titan aurait très bien pu s’aventurer dans le monde arabe mais s’est arrêté, comme tous les autres studios, aux grands acteurs européens du nord de la méditerranée : Arpad Miklos, Alex Baresi, pour parler des plus poilus. Idem pourColt qui pourtant devrait être (si c’était bien fait) la porte d’entrée pour tous ces bodybuilders de look arabe que l’on voit partout dans le Golfe. Par exemple, il y a un tel délire à nouveau avec les photos de lutteurs turcs sur Tumblr qu’on se demande si Colt va percuter un jour et faire un film sur ça. C’est quand même pas compliqué. Mais, de toute manière, Colt semble glisser vers la pente dangereuse de la faillite avec un management qui n’a aucune idée. Il faudrait leur envoyer des notes à tous ces studios.

On voit ici la lenteur relative avec laquelle le porno répond à des attentes. Sur Tumblr, la place des Arabes et des méditerranéens est énorme, on voit que c’est une manière de se représenter qui est nouvelle, sexy et personnelle à la fois. Il n’y a pas de délire particulier sur le fait de se montrer Arabe, je vois très rarement des mises en scène simplistes avec des symboles idiots. C’est juste le fait de s’affirmer, de se montrer en tant que tel. Donc pour l’instant, les Arabes ont échappé à l’ornière de l’image pittoresque qui est celle que véhiculent eux-mêmes les Blacks et les Latinos sur Tumblr, avec tous les clichés des grosses bites et des tatouages, même si on est arrivé au 1000ème degré d’autodérision et de bathmologie sur le sujet. Je ne vais même pas ici tenter de faire une analogie avec une soit-disant réserve musulmane sur le sexe, je pense que Tumblr et le porno sont totalement au-delà, ce sont des espaces de liberté totale.

En revanche, je suis persuadé que ce sont des médias d’identité, de visibilité, de liberté et de coming-out. Et quand on voit les débats qui accompagnent les textes de Minorités sur ce que je considère un destin commun aux gays dans le coming-out, que l’on soit blanc, noir, arabe ou chinois, le porno et Tumblr sont clairement des révélateurs des libertés prises par les Arabes sur ces sujets. Ce n’est pas une idée universaliste, pfff, c’est juste du sens commun. Soit vous vivez DL (down-low, en cachette), soit vous affirmez à un moment ce que vous êtes. Que l’on soit croyant ou pas. Cela fait des années que ces populations s’échappent mentalement à travers le porno, vous allez dans n’importe quel web café en Algérie et ils ne regardent que ça et donc c’est une échappatoire, comme ça l’est pour nous tous. Le fait que cette échappatoire soit une vision déformée de la réalité, nous le savons tous en tant qu’hommes. Et tout le monde regarde les sites de cul. Tout le monde.

Il ne faudra pas s’étonner si les révolutions arabes qui ont actuellement lieu débouchent sur une meilleure ouverture de ces sociétés sur le sexe. Tous ces hommes qui n’arrivent pas à se marier en Egypte, les problèmes sociaux qui ne sont pas forcément résolus avec les gouvernements qui tombent, ou alors, au contraire, des possibilités futures de richesse, tout ceci va forcément faire évoluer l’érotica arabe. Personnellement, je n’ai toujours pas compris pourquoi ces autres minorités n’ont pas encore envahi le porno. Quand j’ai demandé à Stéphane Chibikh de CitéBeur s’il avait rencontré des jeunes gays d’origine pakistanaise à Paris pour les faire tourner, il m’a répondu que c’était rare. Pareil pour les Afghans. Vous les avez vus à la télé ? Vous avez déjà remarqué à quel point ils sont beaux ? Et ils parlent tous anglais, beaucoup mieux que vous et moi. L’exode, la langue anglaise, la séparation avec la base familiale, ce sont tous des facteurs qui facilitent l’envie de faire ce qu’on veut - ou ce qu’on peut. Et là aussi, il y a des gays. Parmi ces milliers d’hommes qui quittent leur pays par obligation, la faim au ventre, il y a des gays qui espèrent pouvoir vivre plus facilement leur sexualité ailleurs. Cela fait partie du "package" qu’ils tentent de vivre en quittant leur pays.

| | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Join the Resistance : Fall in Love